Les mécanismes de défense
Blog

Les mécanismes de défense

Si vous avez lu les articles sur la pulsion ainsi que celui sur les topiques, vous savez que l’individu tout au long de sa vie doit faire face aux différentes et nombreuses frustrations que lui impose la société. Quand le désir est conscient, cela se passe bien. Mais que se passe-t-il quand le désir est inconscient et que le conflit entre les différentes instances psychiques (le ça, le moi et le surmoi) génère des désaccords internes ? Je vous propose de voir dans une première partie quels sont les buts de la mise en place des mécanismes de défense, puis je vous propose un catalogue des mécanismes de défense.

Le but des mécanismes de défense

Notre activité psychique s’oriente vers ce qui nous donne le plus de plaisir et se détourne de ce qui lui procure du déplaisir. Ce qui lui procure du plaisir va baisser les excitations présentes dans l’appareil psychique. Cela va abaisser pour un temps les tensions internes.

A l’inverse, ce qui lui donne du déplaisir va accroître les excitations, autrement dit générer davantage de tensions internes. Tout irait bien si l’individu pouvait satisfaire tous ses désirs, s’il pouvait satisfaire toutes les motions pulsionnelles. Autrement dit, s’il n’y avait pas le principe de réalité.

L’individu est constamment et inéluctablement confronté au monde extérieur, au principe de réalité. Le principe de plaisir doit se subordonner, se soumettre, faire avec ce principe de réalité.

C’est le principe de réalité qui va pousser l’individu à faire face aux différentes frustrations et l’obliger à trouver des voies de satisfaction qui soient conformes au monde extérieur.

Ce sont ces frustrations qui vont générer des conflits : il va y avoir des désaccords entre le moi, le ça et le surmoi.

Si le moi est fort, il va s’adapter, un accord va être trouvé et la situation conflictuelle va être dépassée. L’individu sera satisfait. C’est ce qu’on appelle la sublimation.

 Mais souvent la résolution du conflit est compromise, les instances psychiques ne trouvent pas d’accord, le moi est faible, le ça et le surmoi peuvent lui prendre sa place.

Afin que l’équilibre entre les différentes instances soit maintenu, le moi va faire appel à des mécanismes de défense. Les mécanismes de défenses sont des soutiens pour que le moi puisse continuer à faire entendre sa voix.

Si l’objectif premier des mécanismes de défense est de maintenir un certain équilibre psychique, ils peuvent aussi ne plus être adaptés et devenir pathologiques.

Les mécanismes de défense

Les différents mécanismes de défense.

Le refoulement

Le refoulement est un mécanisme de défense qui consiste à rejeter hors de la conscience des pulsions inadmissibles pour le sujet. L’individu est confronté à des désirs qu’il ne peut tolérer par leurs répréhensibles à l’égard de sa conscience morale, qui suscitent de la honte, de la culpabilité ou tout ce qui appartient au traumatisme.

Par exemple, un homme qui ressent du désir pour un autre homme : pour ne pas être confronté consciemment à ce désir pulsionnel, le moi va utiliser le refoulement.

Le défaut du refoulement, c’est qu’il demande beaucoup d’énergie et qu’il appauvrit la libido.

La sublimation

Ce mécanisme de défense, au contraire du refoulement, va intensifier la libido. Il permet une adaptation à l’environnement et à la société dont le sujet fait partie.

Le sujet peut en effet prendre conscience de sa valeur et de s’accomplir. Il s’agit de s’accomplir pour lui-même mais aussi pour la société.

Le déplacement

Quand la pulsion apparaît elle vise la satisfaction, et si la satisfaction ne peut être réalisée alors la pulsion va changer d’orientation. Par exemple, quand un sujet est fâché contre quelqu’un et qu’il déverse sa colère sur quelqu’un d’autre ou sur un objet.

A l’aide de ce mécanisme de défense, les pulsions sexuelles peuvent être investies dans des activités créatives, les pulsions d’agressivité peuvent être déchargées dans une activité sportive.

La fantasmatisation des pulsions

A partir d’un désir qui lui est propre, un sujet va penser et imaginer un scénario : c’est le fantasme. Le sujet va ainsi modifier la réalité et l’interpréter selon son fantasme et à réagir en fonction de ce fantasme.

Le danger réside dans le fait que le fantasme remplace totalement la réalité.

L’isolation

Ce mécanisme opère une coupure radicale entre un évènement qui a été vécu et le ressenti pendant l’évènement lui-même. Le sujet n’éprouvera aucune émotion quand il se souviendra de l’évènement en question.

Ce mécanisme peut être utile un temps, mais à plus ou moins long terme, le déplacement se greffe à l’isolation et le sujet se retrouve à vivre le ressenti isolé dans un autre contexte sans comprendre pourquoi.

La projection

Ce mécanisme de défense permet au sujet de prêter à l’autre des caractéristiques qui lui appartiennent. Ici le sujet ne veut pas être ce qu’il projette sur l’autre. C’est, par exemple, prêter à l’autre des sentiments de haine ou d’agressivité contre soi, alors que c’est le sujet lui-même qui éprouve de la haine ou de l’agressivité contre l’autre.

L’identification

L’identification est le contraire de la projection. Elle consiste à s’attribuer les caractéristiques d’autrui. Par exemple, la petite fille apprend la féminité grâce à son identification à la mère.

La compensation

Ce mécanisme de défense permet au sujet de compenser. Celui-ci va compenser un sentiment insupportable, par exemple une angoisse ou un complexe physique.

La régression

Lorsque le sujet est confronté à une difficulté , il va revenir à un stade inférieur, particulièrement satisfaisant.

La dénégation

Le sujet émet des désirs, des envies, des idées, des pensées jusqu’alors refoulées puis refuse de reconnaître qu’il en est le détenteur, l’émetteur. Le sujet énonce la forme de sa pensée mais n’intègre pas le contenu.

Le déni

Le déni est le rejet massif d’une réalité qui est vécue, ressentie, perçue comme trop douloureuse, insupportable par le sujet. Il peut s’observer pendant le processus de deuil. Il est toujours présent dans le fétichisme et les psychoses.

L’annulation

Avec ce mécanisme, le sujet peut annuler ses pensées ou ses actions dont il se sent coupable. On retrouve ce mécanisme de défense tout particulièrement dans la névrose obsessionnelle où le sujet met en place un comportement spécifique qui annulerait magiquement les conséquences fantasmées du désir interdit.

Le clivage

Avec le clivage, le sujet pense qu’il y a deus objets séparés, un bon et un mauvais. Ce mécanisme est naturel au développement psychique du nourrisson. Chez l’adulte il peut occasionner des comportements extrêmes. Il est la plupart du temps source de grande angoisse.

La dissociation

La dissociation est à l’origine de l’élaboration, la construction de la double personnalité qui enferme le sujet dans la psychose, tout particulièrement dans la schizophrénie.

La conversion

La conversion permet l’expression d’un conflit, la plupart du temps interne : le corps sert de support à l’expression de la pulsion. Les manifestations sont considérées comme des symptômes. On parle d’hystérie de conversion.

La formation réactionnelle

Ce mécanisme de défense permet de contrecarrer un désir interdit et refusé. La formation réactionnelle réalise et amplifie le mouvement opposé à celui qui est interdit et refusé. Par exemple, être extrêmement gentil peut être une formation réactionnelle consécutive à des intentions hostiles.

Le retournement sur soi

C’est une sorte de masochisme moral. Le sujet ne peut décharger ses pulsions sadiques, il les oriente alors sur lui-même.

Se libérer des mécanismes de défense

L’objectif de la cure analytique : se libérer des mécanismes de défense

Les mécanismes de défense sont donc des réactions possibles face aux conflits que le sujet connaît tout au long de son développement psychique.

Ces conflits font partie de notre évolution et contribue à construire notre personnalité.

Si le sujet arrive à dépasser les conflits, les angoisses, et qu’il arrive à retirer du plaisir de son existence sans être frustré, angoissé ou coupable, on dit que la résolution est totale. Cette pleine résolution est possible grâce à la sublimation, autre mécanisme de défense.

Si le sujet est freiné dans sa maturité à cause des mécanismes de défense, la cure analytique va lui permettre de se libérer de ses mécanismes de défense, grâce notamment à la relation transférentielle.

La relation transférentielle permet en effet au moi de se renforcer en récupérant l’énergie perdue dans les mécanismes de défense. Le sujet pourra alors profiter pleinement de sa personnalité, de ses forces et de ses faiblesses.

Avez-vous reconnu les mécanismes de défense qui perturbent votre existence ? Pensez-vous avoir besoin d’une cure analytique pour être plus libre et plus heureux, en accord avec qui vous êtes ?

Vous avez aimé, vous êtes libre de partager

4 thoughts on “Les mécanismes de défense”

  1. christinenaturo dit :

    Merci pour cet article très clair et enrichissant. Nous sommes des sujets complexes et passionnants, je pense qu’il est difficile d’identifier seul les mécanismes de défenses que nous mettons en place ; une aide extérieure, bienveillante, me semble indispensable 🙂

  2. cedric gautier dit :

    C’est stupéfiant de lire autant de subtilités dans ce qu’on aurait volontiers rangé dans un gros tas de névroses finalement. c’est lumineux ! merci

  3. Bonjour et merci pour cet article très intéressant. Je ne pensais pas qu’il existait autant de mécanismes de défense ! est- ce une liste exhaustive ou pas? A votre avis, les troubles du comportement alimentaire font ils partie de mécanismes de défense ?

  4. Boulevard Du Succès dit :

    C’est passionnant, merci de nous faire découvrir les différents types de mécanisme de défense, qu’est ce que l’humain est complexe… cela me fait penser à un livre très intéressant que j’ai lu il y a quelques années: Comment gérer les personnalités difficiles de Christophe André et François Lelord

Laisser un commentaire