Comment pratiquer l'auto-analyse ?

Est-ce que je peux pratiquer tout seul chez moi l’auto-analyse ? C’est une question qu’il est intéressant de se poser notamment quand on n’a pas forcément les moyens de consulter un thérapeute et que l’on souhaite commencer une thérapie. En quoi consiste l’auto-analyse ? Comment peut-on pratiquer l’auto-analyse ? Pourquoi pratiquer l’auto-analyse ? Je vais tenter de répondre à ces questions afin que vous puissiez comprendre quels sont les bienfaits et les limites de l’auto-analyse.

Qu’est-ce que l’auto-analyse ?

L’auto-analyse est une pratique qui consiste à s’analyser soi-même : analyser ses pensées, ses actes, ses émotions, ses sensations, ses relations à soi-même et aux autres, ses compétences, ses qualités, ses défauts, etc. La liste est longue et non-exhaustive.

Il s’agit donc d’une introspection que l’on fait parfois déjà de façon quasiment naturelle, une sorte de méditation qui aurait pour sujet principal et exclusif soi-même.

On prend du recul sur une situation ou un état psychique et émotionnel désagréables, qui nous apportent du déplaisir voire de la souffrance, et l’on effectue une analyse subjective de ce qui ne va pas en essayant de trouver les raisons, les causes de cette situation ou de cet état.

Comment pratiquer l’auto-analyse ?

Cette investigation de soi par soi peut être conduite de façon systématique et recourir à certains procédés de la méthode psychanalytique tels que les associations libres, l’analyse de rêves, l’interprétation de conduites.

Les associations libres

On associe très naturellement des idées, des pensées entre elles sans qu’un lien entre les deux apparaisse très clairement à la conscience. C’est typiquement quand on dit « passer du coq à l’âne ».

Vous laissez aller vos pensées très librement sans y apporter de jugement ni de censure et elles s’enchaînent comme des perles sur un fil. Ces pensées vous mènent parfois à des souvenirs agréables ou non.

Vous pouvez les noter par écrit ou bien vous enregistrer pour pouvoir les relire ou les réécouter et les analyser.

L’analyse de rêve

Vous pouvez aussi travailler sur l’analyse d’un matériau bien connu de la psychanalyse, voie royale de l’inconscient : le rêve !

Il vous suffit de recueillir dans un carnet vos rêves nocturnes et vos rêveries diurnes que vous pourrez par la suite analyser librement ou selon la méthode de l’interprétation des rêves proposée par Freud.

L’interprétation des conduites

Il s’agit ici de comprendre vos actes manqués tels que les lapsus, les oublis, tout ce que vous faites, dites ou écrivez par erreur ou inadvertance, qui n’est pas du fait de votre volonté consciente.

Ces actes manqués sont des pulsions, des désirs refoulés qui, au lieu de rester bien sagement dans votre inconscient, ont décidé de venir à votre conscience sans déguisement.

Il s’agira donc dans leur analyse de savoir quels sont les pulsions, les désirs qui vous tracassent.

Les limites de l’auto-analyse

L’auto-analyse peut être pratiquée par qui le désire ou en ressent le besoin. Il n’y a pas de contre-indication à la pratique de l’auto-analyse. Freud lui-même pratiquait l’auto-analyse de ses rêves. Il y a néanmoins des limites, des écueils à cette pratique.

La première limite est le manque de neutralité, de bienveillance vis-à-vis de soi-même. En analysant ses pensées, ses actes, ses rêves, on peut être amené à se juger soi-même voire à aboutir à l’autoflagellation. On peut aussi se censurer : là où le thérapeute vous relancera sur une pensée ou un silence qui vous dérangeraient, vous pourriez, seul face à cette pensée ou ce silence, tout simplement adopter une attitude de déni.

La seconde est de mal interpréter le matériau que vous portez à l’analyse que ce soit le rêve ou les actes manqués, ou bien vos pensées, les souvenirs qui émergent dans votre esprit. Par manque de connaissances psychanalytiques ou de pratique, vous pourriez vous mettre à l’abri d’analyses qui vous perturberaient ou vous remettraient trop en question, et finalement ne pas aller au fond des choses.

Inversement, vos analyses pourraient vous faire prendre conscience de choses très désagréables et vous vous retrouveriez seul face à ces analyses sans un thérapeute qui pourrait vous accompagner à les accepter, à travailler dessus pour que vous puissiez évoluer au mieux pour vous.

Vous pouvez donc pratiquer l’auto-analyse de façon ludique ou en complément d’une thérapie. Si vous souhaitez aller plus loin dans l’interprétation de vos rêves, de vos pensées ou de vos actes, ou si vous souhaitez commencer une thérapie, je vous recommande vivement de prendre rendez-vous auprès d’un psychanalyste qui vous apportera ses connaissances et son expérience et saura vous accompagner dans la découverte de vous-même.

Vous avez aimé, vous êtes libre de partager

Laisser un commentaire