person in brown coat and black hat standing near white and black floral wall
Blog

Qu’est-ce que la psychose ?

La psychose est une formation pathologique qui fait obstacle à la subjectivation et qui met en œuvre des mécanismes de défenses archaïques et des régressions massives. Pour bien comprendre ce que sont les psychoses, je vous propose de comprendre quelle est la place de la réalité dans cette structure psychique, quels mécanismes de défense sont massivement utilisés, ce qu’est la forclusion, et de décrire succinctement des différents types de psychoses.

Les origines de la psychose

Pour Melanie Klein, on est naturellement psychotique : on traverse tous une position qu’elle appelle schizoĂŻde paranoĂŻde. Certains restent dans cette position. Pour en sortir, il est nĂ©cessaire de passer par le processus de personnation, c’est-Ă -dire d’autonomisation du moi, de prise de conscience de l’individualitĂ©. Il s’agit de sortir de l’unipolaritĂ© pour aller vers la bipolaritĂ© objectale.

Pour Wilfred Bion, c’est parce que la mère n’a pas été suffisamment bonne, elle n’a pas assez développé sa capacité de rêverie.

L’origine peut être aussi de type organique. Les causes sont alors soit métaboliques et endocriniennes, infectieuses, cérébrales ou toxiques.

L’origine peut être aussi un traumatisme, un choc émotionnel.

Psychose et relation à la réalité

Comme vu dans un précédent article, dans la névrose, il y a un conflit entre le moi et le ça. Le sujet s’interdit de ressentir certains états, certaines émotions, de vivre certains désirs. Il y a échec du refoulement et c’est cet échec qui donne naissance à la névrose. Le sujet fuit la réalité, il se réfugie dans le fantasme, mais tout en respectant le principe de réalité. La réalité est légèrement modifiée.

Dans la psychose, le conflit se situe entre le moi et le monde extĂ©rieur. Le surmoi est faible et le ça envahit le moi. La rĂ©alitĂ© est rejetĂ©e et remplacĂ©e. La psychose rĂ©vèle donc un rejet, une impossibilitĂ© pour le sujet d’apprĂ©hender, de prendre en compte la rĂ©alitĂ© extĂ©rieure : l’environnement, les objets de cet environnement, les exigences de toute vie sociale.

Le clivage et le déni

La prise en considération de la réalité, c’est-à-dire de l’environnement et des objets de cet environnement, des exigences sociales, concerne l’enfant, l’adolescent et l’adulte. Mais c’est au cours de la petite enfance que la réalité est rendue possible ou non.

La période archaïque et l’emploi excessif de mécanismes de défense peuvent poser les bases sur lesquelles se construira la psychose. L’utilisation exagérée et prolongée du clivage et du déni atteste du rejet de la réalité.

Le clivage est une scission, une rupture radicale entre deux aspects ou deux parties d’une mĂŞme rĂ©alitĂ©. On dit que le sujet clive dès lors qu’il est ancrĂ© dans l’idĂ©e binaire : bien/mal, bon/mauvais. C’est la persistance d’un fantasme infantile vis-Ă -vis de la mère : distinction entre une bonne mère qui comble les besoins et une mauvaise mère qui ne comble pas les manques. Le monde est alors clivĂ© entre :

  • Plein et vide
  • Absence et prĂ©sence
  • AgrĂ©able et dĂ©sagrĂ©able

Le clivage a deux issues possibles : l’issue nĂ©vrotique en fonction du dĂ©veloppement de l’ambivalence, ou l’issue psychotique oĂą le clivage devient Ă©tanche.

Le déni est un refus chez le sujet de reconnaître la réalité d’une perception traumatisante. Le sujet va effacer un pan entier de la réalité et la remplacer par un fantasme, une autre réalité, la sienne.

psychose et stade du miroir

La forclusion

La forclusion est un terme qui a été introduit par Jacques Lacan qui traduit le déni ou le désaveu radical de la fonction du père. Le père est symboliquement le représentant de la Loi, du monde extérieur, du surmoi.

Au cours du stade du miroir, l’enfant se découvre être un individu à part entière, indépendant, détaché de sa mère, du corps de sa mère. Il va pouvoir développer sa capacité d’accumuler des expériences et celle de symboliser (transformer les représentations des expériences, des ressentis en symboles), capacités qui vont être certifiées, approuvées par la mère.

La forclusion va stopper le cumul des expĂ©riences et des potentialitĂ©s symboliques. La « mère Â» a dĂ©cidĂ© que seul son dĂ©sir prime. Dans un jeu de demandes/rĂ©ponses, face Ă  la mère, l’enfant sent que la demande ne se pose pas Ă  la mère.

Dès lors, les expériences cumulées par l’enfant vont être perçues comme contraires au désir de la mère, empêchant toute individuation possible. Chaque élément de différenciation à la mère est rendu inférieur à la mère. Toute la réalité est inférieure au désir de la mère.

La solution est de tuer la réalité. L’enfant, n’étant pas reconnu en dehors du désir de la mère, disparaît. Il n’y a pas de séparation entre la mère et l’enfant. L’enfant perçoit que la mère est tout, prend tout. Les pulsions de distinction, d’agression vont naître mais non plus contre la réalité qui n’existe pas, mais contre la mère.

Les différentes psychoses

  • La paranoĂŻa

Psychose qui se caractérise par le délire des grandeurs et de persécution. C’est la projection et l’attribution d’un affect propre au sujet sur la personne d’autrui qui fait toute la particularité de la psychose paranoïaque.

  • La schizophrĂ©nie

Chez le schizophrène, la réalité extérieure n’existe plus, elle est remplacée par un monde interne. Il y a un désinvestissement total du monde extérieur. On trouve chez le schizophrène des fantasmes de destruction qui s’observent dans des phénomènes de dépersonnalisation ou des sentiments de grandeur, et des fantasmes de reconstruction du monde qui se remarquent dans les hallucinations et les délires.

  • Les troubles bipolaires ou psychose maniaco-dĂ©pressive

C’est une psychose dans laquelle alternent les périodes de manie et de dépression. Elle se caractérise par un sentiment profond de désespoir, un état dépressif auqquel vient se substituer un sentiment de puissance, une énergie importante et une activité effrénée.

  • La psychose blanche

C’est une psychose sans délire ni formation symptomatique manifeste.

Si les psychotiques ne peuvent pas faire un travail analytique, en revanche ils peuvent être accompagnés par un soutien thérapeutique dans un cadre bien défini qu’il faudra strictement respecter. C’est pourquoi, le psychanalyste ou le psychothérapeute se doit de bien connaître les psychoses. J’espère que cet article vous aura éclairé sur ce que sont les psychoses. Si vous avez des questions sur ce sujet, je vous invite à les poser en commentaire pour que je puisse y répondre.

Vous avez aimé, vous êtes libre de partager

4 thoughts on “Qu’est-ce que la psychose ?”

  1. Très bien expliqué ! Je comprends mieux la différence entre psychose er névrose. Merci pour ce partage très utile pour la compréhension de la bipolarité entre autre.

  2. cedric gautier dit :

    super interessant mais tellement subtil finalement qu’il est compliquĂ© de distinguer rĂ©ellement les diffĂ©rences entre telle ou telle psychose….
    Merci en tout cas de vulgariser un peu tout cela

  3. Merci pour cet article qui vulgarise un peu des termes qui ne sont pas souvent accessibles!

Laisser un commentaire